Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 213
Date d'inscription : 07/12/2017

Fiche de Guilde
Autres personnages : Fari Meulenfeu
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les rumeurs de la guilde...

le Jeu 8 Mar - 14:33
Tôt dans la matinée, un nain poussiéreux et habillé d'une longue robe blanche, et où trône sur sa tête un turban massif, est arrivé à l'office de la guilde, en Hurlevent. Il s'agit du prospecteur en chef Hangus Pillerpierre, célèbre pour avoir mené à bien - comme en mal - plusieurs expéditions à travers Azeroth pour le compte de plusieurs ordres, nains ou étrangers. Aujourd'hui, ce dernier oeuvre pour la Guilde du Fer, et ne sera pas venu seul. A ses cotés, une naine grassouillette au visage assiégé de tâches de rousseur s'est présentée à tous les mercenaires et artisans du quartier. Il s'agit de Hana Frisevent, et jouera le rôle d'assistante et de seconde, afin d'aider le vieux prospecteur dans ses tâches administratives et ennuyeuses.

_____________________________

Le Vénérable Mont-Rubis, éternellement joyeux et serein, s'est absenté pour quelques jours. Son départ, s'il n'a pas précisé l'origine, aura été seulement mentionné par un : "J'ai des affaires urgentes à traiter à Forgefer..." Néanmoins, il a précisé qu'il sera du voyage pour Dun Morgol, intrigué par l'invitation du Thane Braisenoire dans son fief clanique. Secrètement, il espère que le Sénateur aura préparé un repas digne des Ancêtres... et qu'il pourra s'en remplir la panse.
avatar
Messages : 213
Date d'inscription : 07/12/2017

Fiche de Guilde
Autres personnages : Fari Meulenfeu
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les rumeurs de la guilde...

le Sam 10 Mar - 12:52
Nulle trace de Varaz Mont-Rubis. L'épais nain au sourire si facile et à la boulimie joyeuse semble introuvable. Il avait certes prévenu la Guilde de son absence pour affaire, mais de là à disparaître... Que ce soit dans les locaux de Hurlevent ou dans le Hall glorieux de Forgefer, personne ne l'aura croisé. La dernière piste serait que le Vénérable et dignitaire se serait trouvé un lieu de retraite pour quelques jours derrière son majestueux palais, creusé dans le cœur même de la cité des Barbe-de-Bronze, ou dans sa résidence secondaire, sur les terres ancestrales de son clan en Loch Modan. Mais même là, rien n'est visible. La famille des Mont-Rubis semble même distance, préférant se réfugier derrière les hauts murs de leur domaine, bien protégés par des gardiens portant le long drapé rouge et tissé d'or. Les Mont-Rubis n'ont pas la puissance des autres clans, militaire comme magique, mais ont les moyens de se munir d'une petite troupe privée, loyale et étrangère à la Guilde du Fer. La plupart des gardes sont d'ailleurs des cousins et des nains affiliés aux Mont-Rubis par des mariages ou des contrats vieux comme les montagnes.

L'on sait que Varaz possédait deux filles, et un fils bâtard d'une autre couche. Ci ce-dernier traîne dans sa remise des Communs de Forgefer, ivre et dénigré par les siens, les deux premières sont simplement introuvables. Il était courant qu'elles effectuaient leurs emplettes dans les rues marchandes de la cité de pierre, raffinées et bourgeoises, mais depuis la disparition de leur père, elles aussi se font discrètes et ne quittent pas le domicile familiale de la famille Mont-Rubis, sous bonne garde rapprochée, mais qui est étrangement surveillée par un ou deux sbires de la Guilde du Fer, caché dans un recoin sombre d'une ruelle adjacente. Comme si quelque chose se tramait, prémisse d'un événement terrible et pour le moment inconnu de beaucoup. Qu'est-ce qu'il se passe avec les Mont-Rubis ? Les dignitaires seuls le savent...

Sa venue pour ce dimanche, au fief des Braisenoire, est plus qu'incertain.


________________________________________________


Les préparatifs du voyage se poursuivent, Hangus, le prospecteur en chef, donnant ses ordres et directives pour terminer dans les temps. Les mercenaires débauchés en Hurlevent s'entassent sur les quais, et quelques cognards de la Guilde du Fer auront secoué quelques débardeurs fainéants.  Les montures, principalement des béliers des Steppes Ardentes, sont arrivés tôt dans la matinée. Robustes et pouvant tenir de grande chaleur, ces bêtes de monte seront épaulés par quelques dromadaires exotiques, tous originaires d'Uldum. A noter qu'un agent des Trois-Marteaux est venu superviser l'expédition, prenant des notes dans un carnet pour un rapport au Conseil des trois clans. Il n'aura échangé que quelques mots avec Hangus, avant de venir sceller quelques lourdes caisses portant les sceaux des Forges Royales de Forgefer ; Celles-là même qui fabriquent les mortiers Barbe-de-bronze, les fameux chars à vapeur ou les terribles gyrocopètes.
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 15/12/2017
Localisation : Hurlevent
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les rumeurs de la guilde...

le Lun 12 Mar - 5:10
Morfondu dans l'obscurité de ses appartements au cœur du Fort de Dun Morgol, le Haut-sénateur Braisenoire passait en revenue une pile de documents récupérée sur son bureau. Il avait oublié depuis combien de temps il était écrasé sur son siège à regarder les mêmes dossiers en boucle. En vérité, il essayait de se convaincre lui-même. Avait-Il échoué ? Avait-il perdu toute la confiance de la Guilde du Fer ? Avait-il abandonné toute initiative pour reprendre sa place dans la compagnie ? Même-lui ce demandait comment il pouvait pu être aussi stupide. Il avait invité ses pairs à prendre place à Dun Morgol. Sur son terrain, il croyait ne pas pouvoir faire d'erreur. Tout avait été calculé au millimètre près. L'ascension de la Montée de Braisenoire, l'arrivée devant les portes de Dun Morgol, la découverte de l'ancien bastion sombrefer et toutes les révélations cachées aux membres de la Guilde du Fer. Mais, la dernière étape, la plus importante avait manqué de succès. Thorganir avait stratégiquement laissé toutes les preuves de sa profession dans l'ombre pour le compte de la Guilde du Fer au dépotoir sur son bureau. Pendant qu'ils l'attendraient dans un faux retard, ils ne pourraient pas résister à l'envie de fouiller son appartement et trouver par hasard les documents top secret.

Thorganir se savait brillant, il n'était pas devenu politicien en jouant au échec sur un plateau de pierre, mais sur toute une montagne. Toutefois, son malice ne fût pas suffisant pour convaincre un des plus importants dignitaires de la Guilde du Fer de son bon fond. Le maître joaillier avait vraiment mal prit la remarque de son homologue sombrefer. Traiter un artisan talentueux de simple tailleur de pierre, c'était sans doute une insulte incommensurable dans le monde du commerce et de l'artisanat nain. C'était par cette parole lancée en l'air que Thorganir s'était ramassé dans cette situation grotesque. Les deux nains étaient bornés. Gondagar attendait des excuses pour le bien de son égo et Thorganir était trop têtu pour vouloir le pardon d'un nain choqué pour si peu. Mais, maintenant il était là et seul. Assit lamentablement sur sa pierre avec ses papiers et son chaton de braise endormi à ses pieds. Son plan était tombé à l'eau et il détestait refroidir son métal trop tôt. Cependant, le temps commençait à lui manquer pour préparer un nouveau plan et surtout après cette soirée infructueuse.

Pendant une bonne partie du reste de la soirée, il avait mis toute la faute sur l'absence de Varaz Mont-Rubis. Si le vénérable aurait été présent, au lieu d'envoyer son vieux, aigri et sourd Narim Soufflefer, tout serait passé différemment. Puis, vient le tour du bouc émissaire Gondagar. Cet imbécile avait un respect de lui-même bien mal placé pour ainsi vouloir des excuses d'un être supérieur à lui. Du moins, c'était ce que l'esprit envenimé et agacé de Thorganir ne cessait pas de se répéter. Il les détestait tous. Personne ne prit sa défense ou tenta de lui porter secours. Il était un sombrefer, bien fier de l'être, même ses semblables dans la Guilde du Fer devaient le détester. C'était ainsi ; la fraternité sombrefer. Il fallait autant respecter son semblable que le jalouser et le maudire. Ça n'avait pas toujours été ainsi. Les sombrefers l'avaient-ils oubliés ? Depuis quand ? Avant ou après leur soumission à Ragnaros ?

Thorganir finit par sortir pour s'aérer l'esprit sur le balcon du Fort de Dun Morgol. Une magnifique terrasse encore usée et déconstruite par le temps et les guerres, elle donnait une vue imprenable sur le Chaudron à la Gorge des Vents Brûlants. Le sombrefer avait longuement observer les aller et venus des esclaves au cœur du trou. Fouettés par leurs maîtres et travaillant pour la grandeur du clan Sombrefer ; ils étaient brisés. Bien que l'exploitation minière la plus importante des sombrefers était peu éclairée, le haut-sénateur pouvait s'imaginer les visages douloureux des victimes de la domination de son clan. Peut-être fallait-il trouver un moyen d'envoyer les dignitaires de la Guilde du Fer travailler dans le fond de cette mine contre des fausses accusations de haute-trahison ? L'idée trotta longtemps entre les oreilles de Thorganir qui décida de dissiper cette option, bien trop barbare et démesurée pour punir l'arrogance de ses anciens collègues.

Il devait trouver le sommeil pour avoir des idées plus claires. Fatigué et épuisé par le stress de ces derniers jours, il se conduit lentement vers ses appartements. Son chaton de braise l'attendait sagement sur son bureau désorganisé par la tonne de document lié à la Guilde du Fer étalée dessus. Il les prit, un parchemin à la fois, et les jeta dans le braiser de son foyer. Des tentatives de meurtre sur des dignitaires déviées par ses agents, des payements administratifs habilement effacés par ses contacts fonctionnaires à Forgefer, des concurrents tassés par l’oppression de ses perturbateurs et d'autres magouilles de ce genre pour le bien de la Guilde du Fer. Il ne laissa aucune preuve matérielle de ce qu'il avait apporté dans l'ombre à la fédération marchande. Ses derniers songes furent sur son histoire avec la Guilde du Fer. Il les avait rejoint à la découverte de l'azérite et les avait quitté maintenant qu'il fallait exploiter le précieux minerai sans égal.

Pour Thorganir, ce fût le tout premier fardeau de l'azérite.
avatar
Messages : 213
Date d'inscription : 07/12/2017

Fiche de Guilde
Autres personnages : Fari Meulenfeu
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les rumeurs de la guilde...

le Mar 10 Avr - 16:50
Les Molosses du Fer ont été dissous dans la matinée par le Dignitaire Narïm Soufflefer. Le vieux nain, comptant les dépenses depuis le départ de l'expédition, a déclaré mettre un terme à cette formation militaire des cognars de la Guilde du Fer. Les engagés pour l'expédition furent remerciés et payés, plus où moins grassement suivant le rôle de chacun lors de l'aventure en Silithus.

Libre de cette expédition, la Guilde du Fer va pouvoir se concentrer sur l'Azérite récolté en masse par les mineurs, et rattraper le retard sur le Horde en menant des recherches et des expériences poussées. Déjà, tous s'accordent à dire que la poudre d'Azérite est un formidable explosif, et potentiellement un carburant des plus fantastiques. Que réserve la suite de leurs découvertes ?
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 05/04/2018
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les rumeurs de la guilde...

le Mer 25 Avr - 0:00
Abrym Froide-Rive s'en sera allée de l'Office de Forgefer aux alentours de 21 heures, et ce afin de résoudre le mystère enveloppant un simple petit bout de papier, qui fut retrouvé au sein de la demeure de Eldrid Mont-Rubis. Y allant seule, pensant tout d'abord n'avoir qu'à fouiller les archives, la Parle-Esprit fut obligée de s'en aller jusqu'en Dun Morogh, afin de rejoindre le lieu d'une guerre ayant fait rage il y a de cela des siècles et des siècles: la Guerre du Col Glacé. Arrivée là-bas, froid mordant ses joues bouffies, la Naine aura posé son fessier à une tour de guet, quasi-délabrée. Posant ses mains au sol, faisant le vide et décontractant ses muscles, la femme aura fait appel aux esprits des ancêtres encore présents.

<< Je suis Salar Barbe-Neige >> annonça le premier esprit, le regard aussi vide que l'était celui d'Abrym: totalement déconnectée de la réalité, les yeux de la Marteau-Hardi étaient aussi blanc que neige.
<< Je suis Gardon, du Clan Mont-Rubis >>. La voix du second esprit vibrait de colère, résonnant dans l'air avec menace. Il ne cessait de fixer Salar. Abrym ressentait la moindre émotion qui traversait ces deux esprits,  et ressentait celles-ci en décuplé. Tel était le prix à payer: communiquer avec les ancêtres, qui rodaient depuis tant d'années, nourrissant leur rancune sans jamais pouvoir assouvir leur colère...
La naine fit alors le compte-rendu de sa présence à Gardon: à la demeure de ses descendants, fut retrouvé un mot codé, d'une personne emprisonnée dans un cachot de la demeure. Ce nain, ou cette naine, était bien aussi vieux/vieille que la Guerre, au regard de l'écriture et de l'état du papier.
<< J'ai peut-être une idée. Mais pour que tu puisses comprendre, tu vas devoir trouver la réponse dans le passé , jeune naine fine d'esprit >> fit écho Salar Barbe-Neige. Abrym souhaitait comprendre qui avait bien pu se trouver dans le cachot de la demeure de Eldrid. L'esprit ayant prononcé ses mots toucha le front de la naine, et transporta son esprit six siècles auparavant.

La guerre allait faire rage. Un fier guerrier, tout vêtu d'or et d'un marteau en mithril avait remplacé l'emplacement des deux esprits ennemis. Des centaines et des centaines de nains, et naines, au contrebas de la Tour étaient en marche pour affronter leur pire ennemi: les trolls des glaces. L'esprit d'Abrym se fit violence pour se décrocher de cette scène captivante, et flotta dans les airs pour suivre cette marche annonciatrice d'horreurs. Rapidement, l'attention de la Spiritualiste fut attiré par le lointain: traversant les plaines enneigées, Abrym termina son chemin près d'une tente. Nains et trolls s'affrontaient déjà, ces derniers semblant avoir l'avantage. Au sein de la tente se trouvaient Salar Barbe-Neige, et Gardon Mont-Rubis.
<< Ton plan risque de tous nous tuer ! Il doit y avoir une autre solution ! >> ragea Mont-Rubis en pointant du doigt le nain lui faisant face.
<< Mais nous n'avons pas le CHOIX ! Notre défaite ici signe notre fin à TOUS ! Forgefer sera assiégé, et tombera !  Je vais invoquer la tempête, et noyer la montagne sous les avalanches.  Les trolls iront dans le vide, et nos guerriers... >> fit entendre Barbe-Neige, n'osant terminer sa phrase.
<< ET NOS FRÈRES AVEC !  >> pesta avec peine Mont-Rubis.
La dispute continuait en ce sens durant de longues minutes: l'un souhaitait sacrifier des clans entiers pour abattre tous les trolls, et sauver Forgefer...L'autre souhaitait se replier, aller retrouver le Haut-Thane et trouver une autre solution. En ce sens, Mont-Rubis appela un sous-fifre, pour qu'il aille informer son fils de cette abomination: alors que le jeune nain coopéra, Barbe-Neige fit irruption sur son camarade avec force. Le combat entre frères fit place, tandis que les autres combattaient le vrai ennemi en dehors de la tente...Finalement, Mont-Rubis fut tué par son propre sang... Et son propre sang invoqua la tempête, faisant mourir trolls...Et nains.

L'esprit d'Abrym s'envola, pour rejoindre le fils de Mont-Rubis: il était le portrait craché de Varaz, mais vu l'ancienneté de la bataille, il était certain qu'il s'agissait là du père de Varaz. Darïmor Mont-Rubis. Le jeune nain messager informa le père de Varaz de l’ignominie qui allait arriver... Et qui arriva. Le père de Varaz hurla de douleur, en sachant son père - Gardon - mort. De rage, il fit la promesse de le venger, et de traquer chaque Barbe-Neige...

La Parle-Esprit fit son retour au monde réel, toujours en communication avec Salar et Gardon. Fut ainsi compris que Darïmor Mont-Rubis aura traqué chaque Barbe-Neige, tuant chacun pour venger la mémoire de son père: et cette information fut confirmée par l'Archiviste de Forgefer, celui-ci déclarant que la famille Barbe-Neige avait été décimée il y a deux ou trois siècles dans son entièreté... Presque entièreté... En effet, une vieille femme serait une survivante, mais son identité est encore inconnue. Ainsi, la personne s'étant trouvé enfermée dans les sous-sols de la famille Mont-Rubis est fort probablement un membre de la famille Barbe-Blanche, par vengeance: soit Vagnen Barbe-Blanche, fils de Salar mais déclaré mort par l'Archiviste; soit cette mystérieuse vieille femme encore vivante...


Abrym Froide-Rive s'en sera venue congelée, épuisée, le teint aussi pâle que la Mort. Taisant à autrui le choix qu'elle avait due faire, à savoir libérer soit l'esprit de Salar, soit celui de Gardon, elle aura néanmoins rapporté le corps de ce dernier - ayant été retrouvé par chance aura-t-elle dit - pour l'enterrer à un cimetière près de Forgefer, comme il se doit. Avec elle se trouvait également une masse dorée, vieille d'environ 600 ans. Il s'agissait de l'arme de Gardon...Elle devait-être reforgée, mais...Abrym ne comptait pas la garder pour elle: elle devait rencontrer les dignitaires. Rentrant chez elle, la Parle-Esprit se sera laissée sombrer dans l'inconscience.
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 15/12/2017
Localisation : Hurlevent
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les rumeurs de la guilde...

le Jeu 26 Avr - 0:01
- Haut-sénateur Braisenoire ! Revenez ! C'est de la folie ! *Criait Dalgurin avec un sentiment de peur difficile à contenir dans sa voix.*

*Malgré le cri de son capitaine d'expédition, le sombre avide de pouvoir poursuivait la longue descente à travers les souterrains d'Ahn'qiraj. Les membres de la Confrérie Sombrepioche et le 21ème Régiment Forgedragon avaient subit de lourdes pertes devant les Portes d'Ahn'qiraj. Thorganir n'avait pas pu se douter que les qiraji avaient été réveillés de leur profond sommeil comme autrefois, bien qu'il avait rassemblé une section de l'armée de Ombreforge à sa cause. Il savait que si il voulait piller le Royaume Déchu de Silithus, il devait s'attendre à des affrontements de quelques gobelins pilleurs ou des bandits, mais clairement pas les serviteurs de C'thun. Les soldats du Général Forgedragon avaient dû affronter plusieurs embuscades des silithides une fois arrivé au désert ravagé et les mineurs de la Confrérie Sombrepioche avaient été ralentis par des occultistes du Marteau du Crépuscule. Cependant, l'investigateur de cette expédition au cœur des ruines qiraji poursuivait sa recherche aussi folle pouvait-elle être.*

- Ne soyez pas couard Capitaine Cœurmontagne ! *Répondit Thorganir en criant dans sa descente.*

*Dalgurin ne pouvait pas désobéir. Si il avait eu le choix, il aurait fuit ce lieu hanté. Alors qu'il n'était pas rare pour les archéologues de la Confrérie Sombrepioche et Dalgurin de se rendre sur des sites aussi dangereux et liés à l'Empire Noir. Thorganir avait la frousse de tout ce qui touchait les dieux très anciens, mais à la fois profondément fasciné, assez pour fonder un ordre archéologique sombrefer pour mener diverses excavations et recherches. C'était lui qui ouvrait la voie alors que ses sbires le suivaient prudemment à l'arrière. Le sorcier nain semblait avoir perdu toute sa crainte, ou toute sa raison, et fonçait tête baissée vers l'inconnu. Le thane du clan Braisenoire arriva bientôt devant un ancien temple. Jamais, sur aucun plan de Ahn'qiraj, on avait découvert ce sinistre endroit. Thorganir avait dû éliminer deux ou trois petits malins pour se procurer l'information sur l'emplacement d'une section de Ahn'qiraji autrefois ensevelie sous le sable de Silithus et dévoilée suite à l'impact de Gorribal.*

- Que tous me suivent ! Nous y sommes presque ! *Beuglait le haut-sénateur d'Ombreforge dans son avancée.*

*Sans que ses sbires saisissent le sens véritable de l'ordre, ils le suivirent dans son acte imprudent. Ils y étaient presque. Mais, presque où ? Thorganir semblait exactement savoir où il devait aller. Avait-il préparé tout à l'avance ? Personne ne pourrait le savoir, mais il avait clairement une idée en tête. Pour Thorganir tout semblait si clair. D'abord, toutes ses opérations de recherche menées par la Confrérie Sombrepioche, ensuite le réveil des qiraji et maintenant cette intrusion dans le royaume le plus maudit de tout Azeroth. Il avait tellement craint les monstres terrés sous le sol et les murmures soufflés par leurs bouches infinies. Pourtant, le voilà qui explorait une zone oubliée d'Ahn'qiraj.*


- THORGANIIIR ! *Hurlait Dalgurin en espérant pouvoir encore retenir son confrère sombrefer, mais en vain.*

- Une nouvelle horde nous fonce sur nous ! AUX ARMES ! DALGURIN ! GAGNER NOUS DU TEMPS ! *Criait le général nain à ses hommes si peu nombreux pour résister à une autre confrontation contre les gigantesques insectoïdes.*

- THORGANIR ! THORGANIR ! THORGANIIIIIIIR ! REVENEZ !*Le chef d'expédition se vidait de tout l'air que pouvait contenir ses poumons essoufflés. Il tentait encore de raisonner Thorganir, mais celui-ci devait déjà être bien loin dans les ruines.*
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 05/04/2018
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les rumeurs de la guilde...

le Lun 14 Mai - 20:11
La Parle-Esprit s'en était allée la semaine passée. Sacoches de cuir multiples accrochées sur son griffon, Nua'Rem, la naine avait pris la voie des airs à l'aube. Son voyage s'était déroulé sans encombres, passant par Khaz-Modan et ce afin de récupérer "l'eau": c'est ce qu'elle disait. Effectivement, Abrym ne buvait que de la bière: dans sa tête, parler d'eau consistait forcément à mentionner l'eau purifiée. Le Capitaine Broussebarbe avait mentionné devoir en trouver, et elle s'était proposée pour cette petite course.

***
Les serres du griffon foulèrent la terre. Abrym déchaussa ses pieds des étriers, et se laissa glisser de Nua'Rem, celui-ci s'inclinant vers l'avant pour aider sa maîtresse. Abrym leva ses yeux vers le ciel en esquissant un sourire tendre: inspirant longuement, l'air frais imprégnant ses poumons. Expirant ensuite longuement, la femme aura posé son regard sur l'entrée du village. Un autre sourire se sera brodé sur ses lèvres: Tonnemar était quasiment entièrement reconstruit, et les combats contre la Horde semblaient s'être arrêtés depuis un moment. Une boule d'angoisse poignarda brutalement la naine: elle n'avait pas revu son père depuis son départ suite à l'attaque de la Horde. Elle appréhendait sa réaction. Prenant son courage à deux mains, la Spiritualiste serra ses poings, tandis que Nua'Rem suivait en laissant échapper quelques piaillements. Le village était bruyant: le soleil arrivait bientôt à son zénith, et le marché était encore présent.

***
<< R'gardez ! C'la p'tite Abrym ! V'nez, v'nez ! >> hurla Jali Forte-Poigne, forgeron du village. Il avait vu grandir Abrym, et la considérait comme sa propre fille: et ceci avait causé de nombreux conflits avec le père biologique. Des exclamations s’élevèrent dans les airs. En parallèle, les manieurs d'acier faisaient frapper leur lame; les vendeurs cessèrent leur appel à acheter en remplaçant par le prénom de la naine. Voila une belle cacophonie. Rougissant face à une telle accueil, Froide-Rive laissa la foule s'amasser autour d'elle, se faisant bousculer par toutes les questions: "et alors, c'était comment l'Pandarie ?"; "tu r'viens pour rester hein ?"; "t'la bienv'nue ici, va falloir nous expliquer pourquoi t'pas v'nue avant !". Offrant des sourires à l'un, opinant du chef à l'autre, riant à autrui, Abrym cherchait néanmoins du regard son père: il n'était pas là. L'angoisse qui s'était instauré en elle, se transforma en peur: et s'il était mort ?
<< Ne t'en fais pas ma grande. D'puis qu't'es partie, c'plus l'même >> déclara Jali Forte-Poigne, lisant en sa fille adoptive comme dans un bouquin ouvert. << Il va bientôt arriver, il s'rend constamment aux hauteurs des montagnes pour ... J'sais pas pourquoi. En tout cas, il a pas r'prit l'auberge d'ta mère. J'l'ai confié à Mordyl >> termina-t-il en passant son bras autour des épaules d'Abrym, la pressant pour la faire s'échapper de cette foule. Mordyl était le fils de Jali, à peine plus âgé qu'Abrym. Elle ne l'aimait pas, d'ailleurs: trop prétentieux. Quelle fut la satisfaction de la naine lorsqu'il avait la première épreuve de l'élément du Vent.

***
La foule était retournée au marché, les exclamations pour les achats reprenant. Abrym avait rejoint la chaumière de Jali: celui-ci était entrain de servir de la bière de Tonnemar aux épices de cannelle. C'était sa spécialité: il en était moqué au village, mais secrètement: tout le monde apprécié.
<< J'suis d'solée d'pas être r'v'nue avant >> souffla Abrym en déposant ses masses contre le mur.
<< N't'en fais pas ma grande, j'confiance en toi, j'savais qu't'allais pas nous abandonner comme ça. Alors, r'conte...>> demanda Forte-Poigner, le regard interrogateur.
<< Bha...Ce s'rait trop long à expliqué. J'te raconterai tout c'soir: dit, y'a encore l'feu d'joie hein ? >> questionna la naine, nostalgie dans le regard. Jali opina du chef. Le feu de joie était une tradition à Tonnemar: au chaque premier mardi du mois, un feu de joie était dressé au milieu du village. Les ancêtres se réunissaient pour raconter les vieux contes, tandis que les enfants prenaient peurs en de telles légendes. La soirée coulait sous l'alcool et la bonne nourriture, et se terminait à l'aube.

***
Le mercredi matin, Abrym roula du lit, tombant au sol. Un rot se fit entendre, son estomac bien trop rempli de liquide ambré. Se relevant difficilement en tapotant sa bedaine, la naine secoua sa tête, sortant son nez de la chaumière pour se rendre au puits et ce afin de se laver le visage. Alors que l'eau fraîche frappait sa peau d'albâtre, des mains caleuses se posèrent sur la pierre du puits. Un doigt manquait à la main droite du protagoniste. Abrym expira longuement, bulles se formant dans l'eau qui restait à son nez, et elle releva ses yeux bleus sur son père.
<< Salut p'pa... >> chuchota Abrym, fronçant tristement les sourcils en l'avisant. De fier Marteau-Tempête, musclé tel un roc,  Arom Froide-Rive était désormais un homme perdu. Le visage traversé de multiples cicatrices n'existant pas lorsqu'Abrym avait quitté le village, il avait un œil crevé et rien ne le dissimulait. Il avait gardé sa musculature, mais il ne se tenait plus fièrement: il avait l'air dépité, las de la vie.
<< J'ai cru...Qu't'étais morte... >> signala le père, les dents serrés, son regard foudroyant sa fille.
<< J'ai envoyé d'lettres, mais...Visiblement c'pas arrivé, j'suis d'solée p'pa, j't'en prie... >> s'excusa Abrym en approchant sa main du bras de son père. Dans un râle de colère, Arom chassa sa fille avec violence, la faisant tomber sur le dos. Fulminant, soufflant lourdement du nez, il tourna le dos et s'en alla, poings serrés. Se relevant, la fille regarda son père partir, retenant difficilement ses larmes: Abrym n'avait pas pour habitude de pleurer. Approcher la mort ? Elle la défiait. Perdre un ami, un proche par la Mort ? Elle soutenait le choc et encaissait. Mais se faire ainsi rejeter par son propre sang, la bouleversait au plus haut point. Elle devait se changer les esprits... Fourrant sa main dans sa poche, elle sortit un petit papier. Lisant les lignes écrites par une connaissance, elle opina du chef et s'empressa de rejoindre l'écurie. Saisissant la selle du Clan Cœur-des-Cieux, composée d'écailles de drake noir, elle habilla son griffon et grimpa dessus, ne prenant même pas la peine de lui appliquer les rênes. Agrippant son encolure, au niveau des plumes, elle pressa ses talons sur son flanc, et s'envola haut dans les airs.

***
<< C't'un objet maudit qu't'as lo ! Libère toi d'ça, jette le dans l'océan, t'dois pas rester avec ! >> grimaça Jali Forte-Poigne en observant l'objet que tenait sa fille adoptive. Celle-ci haussa un sourcil, surprise par une telle déclaration. << N'importe quoi, j'l'ai touché et c'm'a rien fait, faut arrêter d'croire l'z'histoires des anciens ! >> railla la naine. En plus de cet objet, elle avait également ramené un pistolet brisé et à moitié rouillé: quelle importance ? Pour elle, il en avait, car se trouvait à côté de l'objet mystérieux qu'elle possédait... Désormais, elle devait rentrer à Forgefer, et remettre ce mystère à qui de droit.
avatar
Messages : 213
Date d'inscription : 07/12/2017

Fiche de Guilde
Autres personnages : Fari Meulenfeu
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les rumeurs de la guilde...

le Mer 27 Juin - 15:22

Les rumeurs du jour !



  • Des chasseurs de lièvres auraient découvert, en pleine piste, le cadavre d'une naine aux abords d'un bois de Dun Morogh. Le corps aurait été atrocement mutilé et partiellement dévoré par des bêtes sauvages. Un ivrogne buvant son coup à l'auberge de Kharanos jure qu'il s'agirait là de l'oeuvre d'un worgen. "Z'allez lui d'nner la traque, hein ?..."

  • Un des artisans de la Guile du Fer serait sur le point de percer le mystère de l'Azérite, en infusant quelques essences de la pierre mystique dans l'alliage d'une arme grâce à un habile stratagème de fonte. Ses deux premières tentatives ont été des échecs, mais celle-ci semble être la bonne !

  • Un groupe de bandits rôderaient dans les parages du Loch Modan, non loin de la porte ouest qui mène à Dun Morogh. Attention aux caravanes traversant ce secteur, car les montagnards sont diluées sur toute la frontière.

  • La Guilde du Fer fait parler d'elle. Sur le Grand Marché de Hurlevent, dans la soirée d'hier, plusieurs cognars de cette honorable guilde ont fait trembler les pavés devant le stand d'un concurrent déloyal. Entre offuscation et soutien, les mercenaires ont fait forte impression. "Mieux vaut ne pas se les mettre à dos", aurait dit une citoyenne, assistant à la scène.

  • Avis de recherche ! Karam'Bar le Tordu, recherché pour meurtre à Forgefer. Ce dangereux nain se terre en Dun Morogh après avoir tabassé à mort une serveuse qui lui avait servi une cervoise trop tiède. Attention ; cet individu est armé d'un marteau à deux mains. 50 vif / 10 mort. Le remettre aux montagnards de Kharanos.

  • Une nouvelle taverne s'est ouverte à Menethil ; Le Goujon Ivre. Si vous aimez la pêche, l'ambiance portuaire et les effluves de poissons et de crustacés, alors cet endroit est idéal pour prendre une chopine.

  • La cité de Hurlevent possède un nouveau chancelier. Les humains de ce royaume peuvent désormais compter sur le grand Aldorey Kalembour pour faire remonter au roi leurs inquiétudes et demandes. Le Quartier des Nains s'interroge encore sur les possibles améliorations que peuvent apporter l'election de ce noble à ce poste prestigieux ! "D'moment qu'il touche pô aux taxes d'fer et d'charbon, moi, ça m'va…" répondra Salis Coeurouge, une naine rattachée à la célèbre Ligue du Cuivre.
avatar
Messages : 213
Date d'inscription : 07/12/2017

Fiche de Guilde
Autres personnages : Fari Meulenfeu
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les rumeurs de la guilde...

le Mer 4 Juil - 11:10

Les rumeurs du jour !



  • Des cargaisons d'armes et de vivres ont été envoyé depuis Forgefer, et seraient arrivées tôt ce matin à l'office de la Guilde du Fer de Hurlevent. Ces caisses sont toutes estampillées d'un sceau de l'ordre marchand, mais aussi et surtout de la bannière Foudrepique. Scellées pour la plupart, on devine aisément que leur contenu est à destination d'Alterac. Le Vénérable avait annoncé que ce brave clan avait crié à l'aide depuis le nord, secoué par une invasion aussi soudaine que brutale. La réponse semble claire ; La Guilde du Fer s'en ria bientôt soutenir les Foudrepique dans leur combat.

  • Un mouvement de grève artisanale s'est mise en branle il y a peu. Un certain Yorick Grassemain, Sombrefer et maître-forgeron, refuserait de ce plier à la nouvelle taxation de l'ordre marchand. Selon lui ; "C'pas des gratte-plumes qui ont l'cul posé dans un fauteuil qu'vont m'dire quoi faire d'mon pognon !". Il reste enfermé dans son atelier à Ombreforge, persuadé qu'il finira pour vaincre la bureaucratie naine.

  • Dans les faubourgs de Forgefer, au second sous-sol du quartier minier de la Fondrerie Ferargent, le corps étranglé d'une naine a été découvert. C'est un travailleur qui a découvert le cadavre, camouflé sous une épaisse couche de charbon. Le capitaine de la garde locale a conclu l'enquête par ; "Cette traine-poussière s'est étranglée d'elle même avant de s'enfouir dans le charbon après avoir trébuché. Affaire classée."

  • Un règlement de compte entre guildes marchandes s'est déroulé hier soir, aux abords de la Grande Forge. La Ligue du Cuivre s'en est prise à la devanture d'un nouvel artisan affilié à la Fédération des frères Orplomb. L'incident provoqué a rapidement dégénéré en un combat de rue, où les mercenaires des deux partis se sont cognés ouvertement, sous le nez des soldats Barbe-de-Bronze corrompus qui ont sagement détourné le regard. La lutte a fait deux morts, dont une par chute du haut de la Grande Forge. Encore une preuve que le contrôle du commerce et l'appât du gain provoque toujours des conflits, jusqu'au coeur même de Forgefer. Ce n'est sans doute que partie remise, car les frères Orplomb jurent de faire payer les dégâts… "Au centuple !".

  • Un étrange navire a accosté à Menethil. Ce rapport provient d'un jeune poilu qui travaille pour la Guilde du Fer, posté depuis peu dans les Paluns. Le navire, immense et d'une rare beauté, a fait monter d'étranges caisses à son bord. Les occupants ont de sales trognes, pour la plupart des humains, et vont et viennent le long des côtes des Paluns. La situation mérite une enquête.

  • La fortune des Mont-Rubis dissoute ? C'est la rumeur qui semble s'étendre dans les hautes sphères du sénat de Forgefer, surtout depuis que ce petit clan s'est fait discret, quitte à disparaitre du tableau. Seule la dernière née est visible, mais de loin, œuvrant pour les bonnes affaires de la Guilde du Fer. Travailler ?Voilà bien une chose qui ne lui ressemble pas…

  • L'Azérite commence à se faire connaître. De nombreux forgerons et marchands cherchent à en acquérir pour l'étudier et le travailler de près. Hélas, la production de cette ressource terriblement rare est délicate. Un immense marché noir s'est installé dans les souterrains de Forgefer, le tout chapeauté par des groupes de bandits et de passeurs douteux. Pire encore, le Varta semble y contrôler une part du butin.
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 08/05/2018

Fiche de Guilde
Autres personnages :
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les rumeurs de la guilde...

le Mer 4 Juil - 13:39
Bruits de cours

- Dans l'hémicycle de Forgefer se murmure que le Sénateur Enclume-Noire aurait un appui financier de taille importante derrière lui. On parle d'un marchand d'armes aussi discret que richissime qui assure toutes les dépenses du Sombrefer.

- Le Sénateur Barbe-d'Ocre a été retrouvé raide dans son bureau, une bouteille de cidre vieillit tout juste débouchonnée dans son bar. L'affaire a était suivie par les services d'enquêtes de Forgefer et prouve, de manière irréfutable, que le vieux nain libéral s'est empoisonné tout seul. Le Sénateur était connu pour supporter des avis d'échanges et de transites libres entre les nains et leurs fiefs.

- Le clan Flamme-Enclume s'est vue gracié tous ses crimes passés, d'avant le retour de la Régente à Forgefer la belle. C'est un souffle de renouveau pour le clan guerrier, connue pour avoir dépecé des centaines de Marteaux-Hardis pendant la guerre des Trois Marteaux. La tribune des Marteaux-Hardis aura hué la décision du Sénat.

- En fin de séance en début de semaine, deux Hauts-Sénateurs en sont venus aux mains. Un désaccord sur les prétendues possessions foncières qu'ils devaient se partager, aura eu raison de leur bon sens. La Tribune des Marteaux-Hardis en aura profité pour se lancer dans la mêlée, forçant les Gardes d'honneurs du Sénat, à disperser la foule, avant de reprendre la séance sur l'augmentation des salaires de Sénateur. Une motion qui a était voté à l'unanimité.
Contenu sponsorisé

Re: Les rumeurs de la guilde...

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum